fr

SFEPM : protection des loutres

Protégeons les loutres blessées !

CONTEXTE

La Loutre d’Europe, autrefois présente dans l’ensemble de la France métropolitaine (hors Corse), a été intensément piégée et chassée pour sa fourrure, parfois pour sa viande et également pour sa concurrence avec les pêcheurs en tant que grande consommatrice de poissons.

A cette première cause de déclin se sont ajoutés l’industrialisation, la croissance démographique humaine, l’intensification de l’agriculture, le développement du réseau routier et l’ensemble des perturbations environnementales subséquentes, autant de facteurs qui ont conduit à la raréfaction considérable de l’espèce au cours du 20ème siècle.

Cette régression a pu être freinée grâce à la protection légale de l’espèce (interdiction de la chasse en 1972, espèce protégée depuis 1981) et à une certaine amélioration de la qualité des milieux.
La Loutre d’Europe a commencé à recoloniser des zones qu’elle avait délaissées et, depuis la fin des années 1990, une augmentation sensible de l’aire de répartition est observée à l’échelle du pays.

Ce mouvement de recolonisation demeure cependant lent et fragile, en raison notamment du faible taux de reproduction de l’espèce et de la persistance de pressions et de menaces.

BENEFICES

Biodiversity
80
Agro - Ecology
80

OBJECTIFS

Les loutres d’Europe ont généralement très peu de descendants (faible espérance moyenne de vie, maturité sexuelle tardive, mortalité juvénile importante…), et les populations ont un taux d’accroissement faible.

De ce fait, bien que la situation de cette espèce se soit améliorée en France, ses populations restent très fragiles.
La problématique de la prise en charge de loutres d’Europe en détresse (individu blessé ou jeune séparé de sa mère) n’avait pas été intégrée dans les actions du précédent Plan National d’Actions en faveur de l’espèce.
Cependant, les acteurs du plan y ont été confrontés durant sa mise en œuvre. Si les cas restent peu nombreux, ils demeurent difficiles à gérer en raison notamment du manque de structures d’accueil et de moyens financiers pour dispenser les soins d’urgence et pour assurer la réhabilitation de l’animal jusqu’à son relâcher.
Par ailleurs, le mouvement de recolonisation de la Loutre d’Europe et les actions de sensibilisation sur l’espèce vont entraîner inévitablement une augmentation du nombre de signalements.
Il est donc impératif de combler ce manque.
La SFEPM en tant que structure animatrice du PNA (Plan National d’Actions) Loutre est chargée de mettre en place un protocole standard et national de prise en charge et de relâcher des loutres en détresse recueillies, et d’autre part de porter assistance aux centres de soins volontaires pour renforcer leurs capacités d’accueil en matière de compétence, d’équipements.

 

Change your avatar