en fr

Le blog

Vous avez été nombreux à tenter de deviner ce que représentait cette photo. Du sirop d’érable pour certains, de la sève pour d’autres… Mais pour quelques uns, apparemment plus renseignés sur la faune et la flore et « la reconnaissance des végétaux en milieu humide sud Américain », le secret de cette image n’est pas resté un mystère très longtemps. Si vous découvrez cette image, , on vous laisse encore quelques secondes pour percer son secret …

… Vous avez évidemment (on en doute pas une seconde) tous reconnu la sève rouge du « Sangre de Grado », qui est sans conteste l’un des arbres les plus étranges et les plus étonnants de la planète ; l’une des nombreuses espèces aux vertus médicinales qui poussent en Amazonie notamment. Le Sang du dragon ou dragonnier est également présent dans différentes régions du monde (Afrique, Moyen orient, Amérique Latine). Toutefois les photos que l’on trouve de lui proviennent essentiellement de l’île de Socotra car ses paysages sont simplement époustouflants ! Voyez plutôt …

dragon-tree-sangre-treez

Située au large du Yémen, dans l’océan indien, l’île possède un environnement unique grâce à une faune et une flore qui lui est propre : près de 800 espèces, ce qui lui a valu, en 2008, l’honneur d’être classé patrimoine naturel mondiale par l’UNESCO. L’arbre sang du dragon est surnommé ainsi pour sa résine couleur sang. Utilisé depuis l’Antiquité par les Romains qui lui imaginaient des propriétés mystiques et l’utilisaient notamment comme colorant. A cette époque, le sang du dragon est extrait de l’espèce Dracaena cinnabari, poussant en Afrique et au Moyen-Orient.

Avant la découverte de l’Amérique par l’illustre Colomb, le sang du dragon est traditionnellement utilisé par les populations locales qui lui prêtent de nombreuses vertus médicinales. Provenant principalement de l’espèce Croton lechleri qui pousse au Pérou, en Colombie, en Bolivie et en Equateur jusqu’à 1000 mètres d’altitude, ils l’utilisent encore aujourd’hui comme cicatrisant sur les plaies externes mais également comme antimicrobien (il aurait la propriété de guérir des amygdales infectées…).

sang-du-dragon-treez

Pourquoi on vous en parle ? Tout simplement parce que nous connaissons bien cet espèce, que nous tentons comme beaucoup d’autres de préserver. En effet, afin de contribuer à la sauvegarde d’une biodiversité précieuse pour les populations locales et les écosystèmes dont elles dépendent, notre partenaire Pur Projet a développé le projet de conservation Martin Sagrado. Pour les curieux on vous en dit plus dans cette courte vidéo :

Et aujourd’hui alors ? Aujourd’hui, on a pas vraiment envie de s’en tartiner la peau et pourtant, de nos jours, le sang du dragon est beaucoup utilisé en cosmétique pour ses actifs régénérants et antioxydants qui luttent notamment contre les signes de l’âge, protègent la peau des agressions, réparent et cicatrisent les lésions… tout pour avoir la jeunesse éternelle finalement.

Change your avatar